Psychothérapie systémique et diagnostic : est-ce possible ?
Quelles réponses ?

Dr. Cédric Devillé
MD Psychiatre-psychothérapeute en systémique FMH
Médecin Adjoint, Responsable du programme JADE
Département de Psychiatrie Hôpitaux Universitaires de Genève

et

 Dr Camille Nemitz-Piguet
MD, PhD Psychiatre-psychothérapeute en systémique FMH
Cheffe de clinique scientifique Malatavie Unité de Crise, Service de Psychiatrie de l’Enfant et de l’Adolescent Hôpitaux Universitaires de Genève,
NCCR Synapsy Département de Psychiatrie, Faculté de Médecine de Genève

Mercredi 5 mai 2021

9h15 à 17h00

Genève

Prix : Fr. 170.00
(paiement avant le 03.05.2021 : Fr. 150.00)
Délai d’inscription : 30.04.2021

Vous pouvez vous inscrire directement par e-mail : info[at]institutdelafamille.ch

(Important : n’oubliez pas de mentionner votre nom, prénom, adresse et No téléphone ainsi que le No ou le titre de l’atelier)

Présentation :


La psychothérapie systémique encourage souvent à se décentrer du patient et à ne pas le désigner avec ses symptômes. Pour les systémiciens, le symptôme a une fonction dans une approche interactionnelle basée sur la communication. Si ceci reste fondamental, nous proposons, dans cet atelier, de discuter du diagnostic psychopathologique individuel, parfois délaissé dans le but de faire émerger les ressources et les compétences du patient afin de favoriser un changement au sein du système familial.

A l’heure actuelle, ne serait-il pas plus opportun d’évoquer un diagnostic dimensionnel (ensemble de symptômes) plutôt que catégoriel (syndrome ou maladie) permettant une approche individualisée au sein d’un système ?

Nous proposons de discuter du concept dimensionnel qui permettrait de mieux mobiliser les patients et leur famille en les aidant à passer du stade du déni, de la banalisation du trouble, du refus d’aide ou de la victimisation, à un stade de responsabilité permettant un réel engagement dans la psychothérapie.

Pour étayer ces considérations, nous tenterons d’y voir plus clair pour appliquer la clinique, à l’aide de ce champ dimensionnel, dans des approches telles que l’externalisation des symptômes, la psychoéducation familiale ou l’open dialogue qui mettent en exergue les ressources et les compétences des patients et des familles. Comment soutenir et accompagner au mieux les familles à l’aide du concept dimensionnel ?

Lectures suggérées :


  • Asselin, P. & Gagnier, J. (2007). Aider les jeunes en difficulté au-delà du diagnostic : une expérience novatrice au Québec. Cahiers critiques de thérapie familiale et de pratiques de réseaux, 38(1), 193-210. https://doi.org/10.3917/ctf.038.0193
  • Gagnier J.-P. et Asselin P. (2008). Adolescence, famille et désignation, Cahiers critiques de thérapie familiale et de pratiques de réseaux, vol. 40(1), 169-182.
  • Kessler RC (2002). The categorical versus dimensional assessment controversy in the sociology of mental illness. J Health Soc Behav 43:171–188.
  • Orêve M-J. (2017). Évaluation et annonce diagnostique : le modèle systémique pour un espace-temps thérapeutique. J Psychol, vol. 353, 14–18.
  • Selvini, M. (2015). L’intégration du diagnostic de personnalité et des fonctionnements post-traumatiques à la pensée systémique [*]. Thérapie Familiale, vol. 36(3), 277-288. https://doi.org/ 10.3917/tf.153.0277
  • Williams LM. (2016). Precision psychiatry: a neural circuit taxonomy for depression a n d anxiety. Lancet Psychiatry, vol. 3(5), 472-480. doi: 10.1016/S2215- 0366(15)00579-9. Epub 2016 Apr 14. PMID: 27150382; PMCID: PMC4922884